• La voie métrique est constituée de rails Vignole de 15 kg/m; la crémaillère, de type Abt est à simple lame dans les rampes inférieures à 10% et double dans les rampes de plus forte déclivité (profil de la ligne); Roman Abt a été nommé expert pour la voie, la crémaillère et le matériel roulant. (détails...)

  • Les traverses sont en acier doux de 1,75 mètres de longueur pesant 25 kg l'une et espacées de 90 cm d'axe en axe. Ces " traverses en fer homogène " ont été livrées par les forges de Stumm, à Neuenkirchen (Suisse), et le petit matériel de la voie, tel que crapauds et boulons, par les usines de Fourchambault dans la Nièvre près de Nevers.

  • Les aiguillages sont de type classique avec lames de crémaillère mobiles.

  • Les automotrices captent le courant continu de 600 V sur un troisième rail latéral. Celui-ci est identique aux rails porteurs, mais retourné et supporté par des isolateurs en porcelaine.
    La station électrique située à Monnetier-Mornex alimente le réseau avec le courant produit par l'usine hydro-électrique d'Arthaz. En fait, la tension électrique semble varier en fonction du point de la ligne considéré (mais également en fonction des sources prises en compte !). Ainsi, au droit de la sous-station de Monnetier, le courant serait bien supérieur aux 600V nominaux alors qu'aux extrémités de la ligne (Treize-Arbres, Etrembières et Veyrier) on serait plus proche de 500V.

  • Le cahier des charges interdit les courbes inférieures à 50 m de rayon, pas de déclivité supérieure à 25% et impose une distance de 20 m minimum entre courbes et contre-courbes.

  • Les tunnels devront avoir au moins 3 m 90 de large jusqu'à 2 m au dessus du rail.
  • A bord de chaque automotrice se trouvent un mécanicien, debout sur la plate-forme inférieure et un contrôleur, debout sur la plate-forme amont; ce dernier est également aux commandes des freins mécaniques.
    La conduite sur le Chemin de Fer du Salève est assurée à vue: deux automotrices partent simultanément de Veyrier et d'Etrembières; lorsqu'elles se rejoignent à Monnetier l'une des deux ou les deux montent vers les Treize-Arbres en fonction de l'affluence.
    En cas de forte affluence, deux ou trois automotrices peuvent se suivre, toujours en conduite à vue: la vitesse limite sur le réseau étant de 10 km/h.
    Les aiguillages sont manoeuvrés à la main, par le contrôleur parfois en équilibre sur le marchepied de l'automotrice !


  • L'entretien de la voie est simple et réalisé à peu de frais: il consistait principalement au graissage à la main des crémaillères (147 200 dents !), au rajout de ballast et à l'entretien des divers talus et fossés. Il est porté une attention particulière au grillage bordant le 3e rail. Le service de la voie occupe entre deux et six personnes selon l'année.