Que reste-t-il aujourd'hui du petit Train du Salève ? Bien peu de choses en vérité.
  • Il n'y a pas de documents quant à la destination du matériel roulant, mais il s'agit probablement de la casse. Les caisses en bois ont vraisemblablement été brûlées, les châssis en fer et les engrenages en bronze refondus.
    Des automotrices il ne reste qu'une plaque métallique indicatrice de première classe qui n'avait servi que quelques années au début du siècle ainsi qu'une main courante extérieure.

  • Les ouvrages d'art, rares sur cette ligne, sont encore visibles. Le mieux conservé étant le tunnel du Pas-de l'Echelle, très facile d'accès depuis Monnetier. Le tracé de la ligne entre Etrembières et les Treize-Arbres est aujourd'hui un sentier destiné à la promenade, divers petits ponts sont facilement reconnaissables et ne trahissent pas leur âge.

  • Les gares ont été progressivement démolies, la dernière en date étant celle de Veyrier en 1993 (photo 1 et 2). Seules subsistent la gare des Treize-Arbres, quasiment dans son état d'origine, ainsi que celle de Monnetier-Mairie dont les travaux d'agrandissement ont dénaturé le charme originel.

  • L'usine hydro-électrique d'Arthaz est maintenant propriété de l'EDF qui a conservé les bâtiments et le barrage; on peut encore voir la station électrique à Monnetier qui servait autrefois à alimenter le réseau: c'est maintenant un poste de transformation électrique qui alimente le village de Monnetier. C'est le seul élément du Chemin de Fer du Salève qui remplit encore sa fonction d'origine.

  • Les deux dépôts ont eu des sorts opposés. Alors que celui d'Etrembières est quasiment intact (seulement raccourci de quelques mètres), les hangars de Veyrier changèrent plusieurs fois de propriétaires avant d'être vendus à Henri Chavaz en 1974, qui fit tout raser. De ce dernier, il ne reste que les fosses de visite des moteurs d'automotrices.

  • Divers petits tronçons de rails et de crémaillère sont aujourd'hui propriétés d'habitants de Monnetier-Mornex; il est encore assez facile de trouver aujourd'hui des isolateurs de troisième rail en parcourant l'ancienne plate-forme entre Monnetier et les Treize-Arbres.
    Parmi quelques objets citons une paire de tréteaux en bois gravés "CIE SALEVE", un tampon encreur "Société Anonyme des chemins de fer du Salève", une machine à poinçonner les billets et deux pinces à billets.

Disparu il y a maintenant près de 65 ans, le Chemin de Fer du Salève à toujours ses nostalgiques qui regrettent ce moyen de transport pittoresque et rêvent de le voir ressuscité. Mais hélas, le coût de reconstruction du Petit Train est tel que ce rêve vivra longtemps.