La signalisation ferroviaire (Suite 4)


La signalisation en cabine
et sur les lignes à grande vitesse

Présentation.

On admet généralement que l'observation correcte des signaux placés latéralement à la voie, ne peut être correctement réalisée que si la vitesse n'excède pas 220 km/h. Sur les lignes TGV, il n'est donc plus possible d'implanter des signaux classiques, et on recours alors à une signalisation en cabine.

Tous les engins moteurs qui doivent circuler sur les lignes à grande vitesse et dans le tunnel sous la manche pendant l'ouverture commerciale doivent être équipées de la TVM (Transmission Voie Machine), puisqu'il n'y a pas d'autre signalisation. Outre les rames TGV et Eurostar, d'autres machines sont donc équipées de la TVM, entre autres:

  • les BB67200 utilisées comme machines de secours sur LGV
  • les CC class 92 tractant les trains de fret dans le tunnel sous la manche. Notons que la vitesse limite est de 160 km/h dans le tunnel lui même, quel que soit le train: TGV, Eurostar ou train classique.
  • les BB 22379, 22380 et 22399 à 22405 pour réaliser la maintenance ou le contrôle des installations.
  • L'ouverture de la ligne à grande vitesse sud-est en 1981 à vu l'introduction de la TVM 300 dans les nouvelles rames Sud Est qui permet la circulation à 270km/h et l'espacement des rames toutes les 5 minutes.
    L'introducton de la TVM430 sur les lignes à grande vitesse construites ultérieurement et dans le tunnel sous la manche permet la circulation à 300km/h avec un espacement des rames de 3 minutes.

    La signalisation en cabine.

    Les signaux sont remplacés sur la voie par des repères et des jalons, et en cabine par des indications de vitesse limite. De même les indications de sectionnement et de passage pantographe baissé sont reportées en cabine.

    Cette signalisation en cabine est réalisée techniquement par l'envoi d'informations continues au train par le biais de la voie, et aussi par des balises d'informations ponctuelles. En outre un contrôle de vitesse est réalisé, obligeant le mécanicien à respecter les indications en cabine, et provoquant le cas échéant le freinage du train (prise en charge).

    Les signaux sont présentés au mécanicien sous la forme d'afficheurs installés en cabine, présentant une information de vitesse limite.
    Un autre afficheur est également utilisé pour les indications ponctuelles, contrôle de vitesse, sectionnement, passage pantographe baissé.

    Les indications de vitesse limite.

    Voici les différentes indications pouvant êtres présentées par le système :

    Indication VL.
    Cette indication était présentée dans les premiers T.G.V. circulant sur la ligne nouvelle T.G.V.-S.E., elle autorise la circulation à la vitesse plafond de la ligne, soit 270 km/h. Dans les nouvelles rames cette indication est remplacé par celle 270V.
    Le contrôle de vitesse déclenche une prise en charge lorsque celle-ci excède 285 km/h.

    Indication 300V.
    Cette indication autorise la circulation à la vitesse plafond de la ligne, soit 300 km/h.
    Le contrôle de vitesse déclenche une prise en charge lorsque celle-ci excède 315 km/h.

    Indication 300V .
    Cette indication autorise la circulation à la vitesse plafond de la ligne, soit 300 km/h, jusqu'à la fin du canton, mais indique au mécanicien qu'il est susceptible de recevoir l'indication 270A ou 220A à l'entrée du canton suivant.
    Le contrôle de vitesse déclenche une prise en charge lorsque celle-ci excède 315 km/h.

    Indication 270A - avertissement 270.
    Cette indication commande au mécanicien de ne pas dépasser la vitesse de 270 km/h à l'entrée du canton suivant.
    Le contrôle de vitesse déclenche une prise en charge lorsque celle-ci excède 285 km/h.

    Indication 270V.
    Cette indication autorise la circulation à la vitesse plafond de la ligne, soit 270 km/h.
    Le contrôle de vitesse déclenche une prise en charge lorsque celle-ci excède 285 km/h.

    Indication 270V .
    Cette indication autorise la circulation à la vitesse plafond de la ligne, soit 270 km/h, jusqu'à la fin du canton, mais indique au mécanicien qu'il est susceptible de recevoir l'indication 220A à l'entrée du canton suivant.
    Le contrôle de vitesse déclenche une prise en charge lorsque celle-ci excède 285 km/h.

    Indication 220A - avertissement 220.
    Cette indication ordonne au mécanicien de ne pas dépasser la vitesse de 220 km/h à l'entrée du canton suivant.
    Le contrôle de vitesse déclenche une prise en charge lorsque celle-ci excède 285 km/h.

    Indication 220E - exécution 220.
    Cette indication ordonne au mécanicien de ne pas dépasser la vitesse de 220 km/h.
    Le contrôle de vitesse déclenche une prise en charge lorsque celle-ci excède 235 km/h.

    Indication 160A - avertissement 160.
    Cette indication ordonne au mécanicien de ne pas dépasser la vitesse de 160 km/h à l'entrée du canton suivant.
    Le contrôle de vitesse déclenche une prise en charge lorsque celle-ci excède 235 km/h.

    Indication 160E - exécution 160.
    Cette indication ordonne au mécanicien de ne pas dépasser la vitesse de 160 km/h.
    Le contrôle de vitesse déclenche une prise en charge lorsque celle-ci excède 170 km/h.

    Indication 80A - avertissement 80.
    Cette indication ordonne au mécanicien de ne pas dépasser la vitesse de 80 km/h à l'entrée du canton suivant.
    Le contrôle de vitesse déclenche une prise en charge lorsque celle-ci excède 170 km/h.

    Indication 80E - exécution 80.
    Cette indication ordonne au mécanicien de ne pas dépasser la vitesse de 80 km/h.
    Le contrôle de vitesse déclenche une prise en charge lorsque celle-ci excède 90 km/h.

    Indication zéro.
    Cette indication ordonne au mécanicien de s'arrêter avant le premier repère rencontré. Elle peut être présentée après une limitation de vitesse à 80 (indications 80A ou 80E) mais aussi après une limitation de vitesse à 160 (indication 160E).
    Le contrôle de vitesse déclenche une prise en charge lorsque celle-ci excède 90 km/h, ou 170 km/h si cette indication est présentée après un 160E.

    Indication rouge.
    Cette indication ordonne au mécanicien de marcher à vue et de s'arrêter avant le premier repère rencontré. Elle indique en fait la pénétration du train sur un canton occupé.
    Le contrôle de vitesse déclenche une prise en charge lorsque celle-ci excède 35 km/h.

    Les informations ponctuelles.

    Un second afficheur permet la présentation au mécanicien d'informations en complément de la vitesse limite affichée.

    Les informations complémentaires sont les suivantes :

    Indication contrôle vitesse.
    Pour chaque indication de vitesse limite affichée, un contrôle est réalisé pour s'assurer que la vitesse du train est conforme à cette limitation. Si ce n'est pas le cas, le voyant contrôle vitesse s'affiche et le mécanicien doit alors immédiatement freiner (s'il ne le fait pas alors le système freine la rame jusqu'à l'arrêt).

    Indication sectionnement.
    Cette indication demande au mécanicien de couper le courant (ouverture du disjoncteur), afin de pouvoir franchir un sectionnement électrique. L'action du mécanicien n'est pas obligatoire, car l'ouverture du disjoncteur est automatique, par contre son réarmement est manuel.

    Indication baisser pantographe.
    Cette indication demande au mécanicien de couper le courant (ouverture du disjoncteur), et de baisser les pantographes afin de pouvoir franchir un sectionnement électrique entre deux zones alimentées par des types de courant différents. L'action du mécanicien n'est pas obligatoire, car l'ouverture du disjoncteur et l'abaissement des pantographes sont automatiques, par contre le réarmement du disjoncteur et la relève des pantographes sont manuels.

    Les repères et jalons implantés sur la voie.

    Sur les lignes à grande vitesse la matérialisation des cantons est faite avec des repères, et non pas avec des signaux lumineux comme sur une ligne classique. Comme ces lignes sont équipées pour permettre la circulation en contresens on trouve des repères et des jalons de deux types (symétriques) : un type implanté à gauche pour la voie de gauche, et un autre type implanté à droite pour la voie de droite (circulation en contresens).

    Repère de canton implanté à gauche (voie normale).
    Repère de canton implanté à droite (voie de contresens).
    Ces repères sont complétés par une plaqueouselon que le repère est franchissable ou non.

    Itinéraires de manoeuvre :

    Sur certains repères portant une plaqueon dispose également un feu blanc, lorsque le repère est le point de départ d'un itinéraire de manoeuvre. Ce feu blanc est appelé "feu de manoeuvre".

    Cependant pour certains itinéraires de manoeuvre il n'existe pas forcément un repère à proximité (cas des itinéraires de refoulement), on implante donc des jalons de manoeuvre ayant les formes suivantes :

    Jalon de manoeuvre implanté à gauche (voie normale).
    Jalon de manoeuvre implanté à droite (voie de contresens).

    Les jalons de manoeuvre sont également équipés du feu blanc de manoeuvre.

    Les repères et jalons peuvent êtres équipés de commutateurs de protection, permettant de fermer les signaux (présentation de l'indication "rouge" en cabine). Ceci permet de protéger la voie manuellement dans le cas ou celle-ci serait obstruée par des obstacles inopinés. On dispose alors en dessous des plaques d'identification du repère/jalon de la plaque suivante :

    Commutateurs de protection.

    Les panneaux d'entrée et de sortie de ligne à grande vitesse.

    L'entrée d'une ligne à grande vitesse est matérialisée par trois panneaux d'annonce disposés à une distance de 100 m les uns des autres et d'un panneau T.G.V (ou CAB) placé sur le carré de protection.

    Soit 300 m avant le signal carré :






    Puis 200 m avant le signal carré :






    Puis 100 m avant le signal carré :






    Et enfin avec le signal carré :


    La sortie de ligne à grande vitesse est matérialisée uniquement par une pancarte "FIN T.G.V" (ou CAB barré de rouge) qui est implantée environ 100 m avant le premier signal de la ligne classique :

    Copyright ©
    1996 DAVROUX Thierry
    1997-2005 GEILLON Xavier